Meet-up #8 : Produire en France

Meet Up 8 Produire en France

Produire en France


En marge du Salon du Made in France qui se tenait en début de ce mois de novembre à la Porte de Versailles, L’Exception a rassemblé des spécialistes de la mode française pour parler de sa production, de ses problématiques et de son avenir. Cette 8ème édition du Meet Up de L’Exception, s’est tenue au sein de la Maison KissKissBankBank qui voit chaque année des dizaines de créateurs lancer leurs collections estampillées Made In France.





Pour traiter ce sujet, L’Exception a invité Sylvie Pourrat, Guénola du Halgouët, Gaëlle Constantini ainsi que Luc Dognin.

Depuis près de 10 ans, Sylvie Pourrat dirige le Salon d’accessoires de mode PREMIERE CLASSE. L’incontournable événement de l’accessoire s’efforce de mettre en avant le savoir-faire, l’innovation et l’esthétisme tout en promouvant la jeune création et la nouveauté.
Guénola du Halgouët s’attache depuis plus de 10 ans à valoriser et revaloriser le Made in France au sein de la Maison du Savoir-Faire et de la Création. Guénola du Halgouët gère également depuis 7 ans Vendavel sa propre agence de conseil qui accompagne les marques et les designers.
C’est le père de Gaëlle Constantini, directeur des ventes chez Nina Ricci, qui a donné le goût de la mode à cette dernière. Après avoir gagné le concours Jeune Créateur du WHO’S Next, Gaëlle Constantini crée en 2010 sa marque éponyme aux valeurs éco-responsables.
Luc Dognin est à la fois créateur de maroquinerie et Président de la Fabrique de la Goutte d’or, un outil de production collaboratif artisanal qui accompagne les petits créateurs.


Guénola du Halgouët



Le Made in France, un rêve réalisable ?


Comme le rappelle Guénola du Halgouët, un produit peut être estampillé Made in France dès lors que la dernière étape de transformation substantielle est réalisée dans l’hexagone. Ce critère brouille directement les pistes quant à la réelle origine des pièces. Deux labels veulent changer cela et donner plus de lisibilité sur la production : le Label Origine France Garantie (OFG) et le Label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV). Le premier soutient la création de richesses sur le territoire tandis que le second défend plus la préservation de savoir-faire. Ces deux certifications doivent faire l’objet d’une demande de la part des créateurs.


Guénola du Halgouët : « Il est possible de tout produire en France, ou presque. »


Aujourd’hui, outre l'obtention de la certification d’origine ce sont les coûts de production qui sont difficiles à amortir pour les jeunes créateurs, comme le souligne Gaëlle Constantini. Cette dernière a réussi à produire en France et à jouir d’un savoir-faire national grâce aux ateliers de réinsertion. Ces ateliers lui permettent directement de produire à moindre coût mais également d’assurer un prix de revente qui n’est pas prohibitif pour une qualité qui ne laisse en aucun cas à désirer.


Sylvie Pourrat



Sylvie Pourrat : « Le MADE IN FRANCE est devenu une valeur ajoutée mais celle-ci doit être accompagnée. »



D’autres acteurs eux se spécialisent dans l’accompagnement de ces jeunes créateurs ; c’est le cas de Luc Dognin et de la Fabrique de la Goutte d’Or qu’il préside. La Fabrique de la Goutte d’Or oeuvre pour donner la possibilité à de jeunes créateurs de pouvoir produire de petites collections grâce la mutualisation d’espaces et de savoir-faire et ainsi développer le quartier et l’emploi de la Goutte d’Or.

Bien que la mondialisation et ses prix attractifs aient chahuté le Made in France, comme l’affirme Sylvie Pourrat ; le Fabriqué en France a bien sa place dans le paysage mode international. Cependant, ce dernier prend seulement sens lorsqu’il est accompagné, attestent en coeur Sylvie Pourrat et Luc Dognin. Le Conçu en France prend aujourd’hui tout son sens s’il est joint à une forte démarche qu’elle soit écologique ou encore éthique.


Gaelle Constatini



Luc Dognin : « Pour que le MADE in France fonctionne il faut une démarche derrière comme une logique écologique ou éthique.»

Pour la distribution de leurs collections, les jeunes créateurs se tournent naturellement vers l’e-commerce. Pourtant, Sylvie Pourrat insiste sur le fait que la production française doit être accompagnée dans toutes ses étapes de développement. Afin d’accompagner les jeunes marques jusqu’à la distribution, le salon PREMIERE CLASSE a lancé des ateliers de création en direct dans le but de mettre en avant aux yeux des acheteurs les savoir-faire ainsi que la capacité de production de ces jeunes créateurs.

Face à ces nouveautés, les acteurs changent progressivement. Les pop-up des Grands Magasins intègrent de jeunes marques aux petits stocks mais aux grandes ambitions. Le Made in France semble donc avoir un bel avenir devant lui mais seul le temps jugera de sa viabilité finit par conclure Sylvie Pourrat.

Nous tenions à remercier la Maison KissKissBankBank pour son accueil, les intervenants ainsi que les spectateurs ayant assistés à cette 8ème édition du Meet-Up de L'Exception.


Pour en savoir plus, retrouvez les différents participants :

Maison KissKissBankBank
Salon Première Classe
Maison du Savoir-faire et de la Création
Découvrez Gaelle Constatini
La Fabrique de la Goutte d’Or


Publié par Arnaud Abikanlou
© Copyright L'Exception